L'ex-usine CMMP d'Aulnay-Sous-Bois (l'historique du dossier ici) - les articles de monaulnay.com - la chronologie ci-jointe

2016
Mai :

Les associations, avec la participation du centre d'information et d'accompagnement des personnes exposées à l'amiante du CMMP (ci3a) ont tenu une réunion publique d'information sur les suites des actions menées depuis 20 ans concernant les conséquences sanitaires de cette ancienne usine de broyage d'amiante implantée au coeur d'Aulnay-sous-Bois. Actuellement, une recherche-action est en cours, fondée sur un partenariat citoyens-institutions pour le suivi des exposés. Une quarantaine de personnes étaient présentes et ont activement participé au débat. A retrouver sur www.monaulnay.com/2016/05/usine-damiante-daulnay-ce-nest-pas-fini.html#comments http://www.monaulnay.com/2016/05/usine-damiante-daulnay-ce-nest-pas-fini.html#comments

Avril :

CMMP d'Aulnay - REUNION PUBLIQUE - l'ensemble des associations organise une réunion publique le vendredi 13 mai 2016 à 19 heures afin d'informer de l'état d'avancement du mouvement citoyen (invitation ici).

"LES SENTINELLES" Un film-hommage aux lanceurs d'alerte sur les grands scandales sanitaires et un hommage à Henri Pézerat (directeur de recherche au CNRS, diplômé de l'Ecole de chimie de Lyon et toxicologue). Décédé en 2009, Henri était avant tout un lanceur d'alerte qui a étudié l'amiante et les causes de son caractère cancérogène. Il disait que les travailleurs sont "les sentinelles du risque toxicologique, professionnel ou environnemental". C'est dans l'association qui porte le nom de son père (http://www.asso-henri-pezerat.org) que Pierre Pézerat, le réalisateur du film, a rencontré les principaux personnages de son film : Josette Roudaire (Amisol à Clermont Ferrand), Jean-Marie Birbès (Eternit dans le Tarn) qui étaient des ouvriers au contact avec l'amiante, Paul François (agriculteur) qui a, lui, été intoxiqué par un pesticide de Monsanto et les ouvriers agricoles de la coopérative de Nutréa Triskalia, Annie Thébaud-Mony ... Chacun d'eux racontent, des années 1970 à 2015, les combats menés, l'interdiction de l'amiante, l'attaque de Paul contre Monsanto, avec à chaque fois le rôle décisif joué par Henri Pézerat. D'autres, faute de longueur de film, n'ont pu être évoqués tant la liste est longue, tels ceux d'Adisséo à Commentry, de Jussieu, du CHU de Caen, du CMMP d'Aulnay, etc ...). A Aulnay, Henri était présent dès la première réunion publique en novembre 2000 où se sont révélés les premiers malades victimes du CMMP et dès 2001 il nous aidait, avec maître Lafforgue, à constituer les dossiers d'indemnisation. Dès à présent, prochaine projection à Gaillac (Tarn) le 17 avril 2016 (lire l'article de La Dépêche) et le 19 avril 2016 à l'Utopia de Toulouse. "Les Sentinelles" est pour l'instant projeté en dehors de tout circuit commercial mais Pierre Pézerat est actuellement à la recherche d'un distributeur et travaille également sur une déclinaison de son documentaire pour la télévision.

 Janvier :

Bonne nouvelle concernant le projet PICRI (partenariats institutions-citoyens pour la recherche et l'innovation) : la demande des associations et du Ci3a (centre d'information et d'accompagnement des personnes exposées à un risque lié à l'amiante d'Aulnay) a été acceptée par le Conseil Régional d'Ile de France. Il s'agit d'une étude scientifique conjointe citoyens-institutions pour le recensement, le suivi sanitaire et l'accès aux droits à indemnisation des personnes exposées et/ou atteintes de maladies liées à la pollution de l'ancienne usine d'amiante Comptoir des Minéraux et Matières Premières (CMMP). Le mouvement citoyen autour de cette ancienne usine de broyage d'amiante rentre, qui rentre dans son 21ème anniversaire, a obtenu, non sans s'être heurté aux réticences des autorités durant toutes ces années, 3 études scientifiques officielles uniques en France, en Europe, voire dans le monde :

1. L'étude Invs de 2007 (en étroite collaboration avec les associations) prouvant que la pollution de l'usine est responsable des maladies des riverains recensés par les associations

2. L'étude GISCOP93 de 2012 (en étroite collaboration avec les associations) démontrant que 40 000 personnes ont été fortement exposées aux poussières d'amiante et de zircon et qu'il était possible d'en retrouver un certain nombre

3. La recherche toujours en cours par l'ARS (Agence Régionale de la Santé d'Ile de France) des anciens élèves des écoles voisines de l'usine en vue de les informer de leur exposition passée

Cette nouvelle étude PICRI, également unique en France, est donc la 4ème. Elle va se dérouler conjointement avec des professionnels de santé, les associations et notamment l'expérience pilote des permanences du Ci3a qui accueille, accompagne et aide les personnes en collaboration avec le service " pneumologie " de l'hôpital Robert Ballanger. L'objectif est également de rendre visible cette catastrophe sanitaire et de promouvoir une nouvelle stratégie de veille et de démocratie sanitaire qui serviront à l'avenir et devraient faire école. Le prochain comité de pilotage du 21 janvier 2016 discutera des grandes lignes de cette quatrième étude (ci-joint la lettre adressée aux membres du Collectif des riverains et victimes du CMMP d'Aulnay).

Lire le dernier article du journal Le Parisien du 25 janvier 2016.